Enfoui ou aérien ? Il n'y a pas de réponse catégorique à cette question, seulement des considérations générales.

Comparée à la pose en aérien sur poteaux, la pose enterrée directe est un meilleur effort d'investissement dans les moyen et long termes, à plusieurs titres :

  • - Le câble enfoui, bien qu'ultra résistant notamment au cisaillement et contre les rongeurs, est 30% moins cher que celui - autoporté - pour l'aérien, qui, lui, doit résister au vent ou au surpoids de givre.
  • - La vitesse de pose, en l'absence de gêne, est deux fois plus élevée.
  • - Une fois enterré et bien localisé au décimètre près (SIG et RTK), le câble est moins vulnérable qu'en aérien (vent ou givre, arrachage par hauts engins et vandalisme).

"En l'absence de gêne"... le mot est lâché. Effectivemnt, dès qu'un obstacle se présente, comme traverser une route à fort trafic, la tentation naturelle pour le surmonter est de passer en aérien avec deux poteaux placés en vis à vis. Solution à envisager, bien sûr. Encore une fois, l'usage de la technologie GPON divisera d'un facteur 30 environ le nombre d'épissures à réaliser pour les passages terre/air et air/terre au niveau de chaque poteau.

La question se pose plus crûment là où des distances de plusieurs hectomètres sont à parcourir : utiliser les dizaines de poteaux France-Telecom (nominalement 40m entre poteaux), solution tentante, ou pose semi-enfouie au pied desdits poteaux voire en fond de fossé ou même, en limite séparative, côté privé ? Quand on sait que la réputation des poteaux bois de FT est qu'ils sont fragilisés (*) à la base, 30 ans après leur pose, l'enfouissement surtout réalisé par du personnel local formé est à préférer.

Par contre, la desserte à l'intérieur des hameaux et villages peut très bien s'accomoder d'une suspente sous la basse tension électrique (380/220V, portée nominale de 80m entre poteaux). L'infrastructure poteaux et câbles appartenant en général à un syndicat intercommunal, il faut motiver ce dernier pour tout d'abord remplacer les fils à nu par du torsadé et en profiter pour planifier la pose de câbles à fibres optiques sous le torsadé.

Réagir

(*) Il faut savoir que les câbles aériens à fibres optiques ont besoin d'être plus tendus que ceux en cuivre, ce qui induit des efforts importants de tractions en tête de poteau et donc de fléchissement. A fortiori, si le poteau matérialise un virage... il pourrait casser ou s'incliner selon la bissectrice de l'angle.