Point à Point (P2P) vs GPON : Tout d'abord quelques rappels :

  • - P2P : au central optique, dit NRO(*), à une fibre correspond un foyer raccordé.
  • - (G)PON, (Gigabit) Passive Optical Network : à une fibre au même central peut correspondre jusqu'à 64 foyers raccordés ; en milieu rural, où les distances de collecte vont jusqu'à 10 voire 15 km, ce nombre est raisonnablement de l'ordre de 30.

Le P2P présente comme avantage clé pour l'opérateur de service qui allume la fibre d'avoir la maîtrise du contrôle de qualité de ladite fibre, ce qui rend son SAV plus réactif. En cas de panne physique, il ne dépend "que" du gestionnaire du parc passif de fibres et quincailleries associées. Question : la probabilité de panne matérielle sur le réseau passif est elle élevée ? L'expérience montre que non, l'erreur (humaine, nécessairement !) la plus fréquente consistant pour un agent à débrancher un connecteur puis de le rebrancher une heure plus tard au mauvais endroit...

Par contre, comparé au GPON, les inconvénients sont nombreux :

  • - Avec le P2P, le foisonnement de filasse au NRO devient vite ingérable favorisant les erreurs de débranchement-rebranchement (l'auteur de ce texte est un poly-traumatisé de la « manip Biarritz » en 1980)
  • - Avec le P2P, les câbles grossisent en diamètre alors même que l'on se rapproche du NRO, en général situé en centre ville, et où les fourreaux existants sont bien remplis et se satisferaient de câbles près de 3 fois plus petits (6mm de diamètre pour 12 fibres contre 16mm pour 288 fibres, c'est à dire à nombre d'abonnés égal) !
  • - Même remarque en aérien : un câble 2 fois plus petit en diamètre aura moins de prise au vent et au givre et 2 fois plus léger, il fouettera moins car ses oscillations seront plus vite amorties
  • - Quant à la mise oeuvre sur le terrain, il est évident qu'un câble 2 fois plus souple et plus léger fera gagner beaucoup de temps et évitera des accidents
  • - Avec le P2P, chaque passage du sous-sol vers l'aérien et inversement necéssite 30 fois plus d'épissures à réaliser sur le terrain qu'en GPON.
  • - Avec le P2P en rural, à quoi cela sert-il de transporter des centaines ou milliers de fibres sur 5 à 12 km pour raccorder un hameau ou village lointain ? En effet, sans parler du surcoût de fourniture, en cas de coupure, il y aura 30 fois plus d'épissures à réaliser qu'en GPON pour rétablir le service.

L'unique critique adressée à l'encontre du GPON est que les flux sont livrés aux opérateurs de services, au NRO, en Giga-Ethernet par un équipement opto-électronique (appelé OLT), ce qui peut compliquer la résolution de problèmes pour un SAV. Cependant :

  • - La fiabilité d'un OLT GPON est la même que celle d'un commutateur Ethernet utilisé en environnement P2P. Même remarque pour le modem (ONU) placé au foyer de l'usager.
  • - En effet, pourquoi avoir peur du GPON alors que depuis 1975, tous les télécommunicants de la planète ont adopté le multiplexage de 32 canaux de parole sur un unique support (G.704 ou "E1") ?
  • - L'investigation en cas de dysfonctionnement peut se faire à distance et de manière ciblée sur l'affectation des VLAN (Q-in-Q) alloués aux opérateurs de services ou FAI.
  • - L'évolutivité du GPON est assurée avec du 10G-EPON qui sortira des labos en cette fin 2011 pour passer en mode production : en milieu rural, avec le GPON, pouvoir disposer de 350 Mbit/s à tout instant et pour tous au même moment permet de voir l'avenir sereinement. Loi d'Erlang à l'appui (tout le monde ne trafique pas en même temps), des débits statistiques de l'ordre du Gbit/s seront en fait accessibles par usager.

Le GPON est le plus adapté au monde rural.

Ce qui n'empêche pas de provisionner quelques fibres supplémentaires, en vue d'un P2P pour les entreprises. La granularité des câbles (multiples de 12 fibres) nous y aide.

Réagir

(*) NRO : Nœud de Raccordement Optique : bâtiment abritant l'arrivée des fibres d'abonnés ET où se trouvent les premiers équipements actifs opto-électroniques. Du fait de la portée deux à trois fois plus importante sans répéteur que celle de la paire de cuivre, le NRO a toutes chances d'être distinct du NRA ; c'est même conseillé pour conserver un bon niveau de flexibilité vis à vis de l'opérateur historique local.